A
SENS UNIK
DAME
D’EBENE   
feat :VALY
VIVRE
100 LENDEMAIN
CHAPITRE
NOIR     
DU
BERCEAU AU TOMBEAU
TRISTE
TEST    
feat:
ROZ
INVASION
PROMESSE      
feat:KHADELIK
DEFILE
NOCTURNE
KAN
LA MORT FRAPPE


textes dans Non classé

A
SENS UNIK

VINI                                                                                                                                     

Rare comme l’unité
/                                                                                                              

On rap pour l’humanité/                                                                                                             

Cherche pas a faire l’unanimité/                                                                                                 

Plutôt toucher la majorité/                                                                                                     

Majorer, même si il s’agit de jouer /                                                                                            


Pas jouer comme des majorettes /                                                                                               

Reste serre entre les dents l’étiquette majorant/ 

KANTORY 

Voila 5 gamins unis / 

Par la même passion unis/ 

Par les mêmes émotions unis/ 

Pour le même chalenge unis/ 

Pour la vie pour que tout change/ 

On est pour ceux qui avancent/ 

Ceux qui face au béton décantent/ 

SKAMORA 

L’heure est venue d’agir/ 

Dehors les flows qui salissent/ 

Incite terreur à nous conduire sur le chemin de l’honneur/ 

k-rantiem ensemble aucun dilemme/ 

k-rantiem téméraire fort pour tous ceux qui aiment// 

Soucieux consciencieux de tous les blêmes/ 

Souhait apporter une dimension nouvelle / 

Dans l’hymne des décibels / 


Celle d’une sphère réelle culturelle institutionnelle 

REFRAIN

 Même si on est survolte / 

On reste qu’en même des majorants / 

k-rantiem frère de sang/ 

A 100%,100% à sens unique/ 

Dent contre dent/ 

abat les arrogants on lutte pour nos descendants/ 

RAHMANE 

Comme le chant de cigale mon truc/ 

C’est sans répits en dépits / 

De tous ce qui a été dit/ 

Créateur de l’aube naissante sans toi/ 

Qui guide l’orphelin qui suis-je que puis-je sans les miens / 

En venant au monde j’étais dans leur main 

Quand je repartirai je serai encore dans leur main / 


Futuriste en sang dans la pure tradition hip hop / 

À sens unique console le ghetto / 

Consoler l’enfant au regard plaignant qui chaque soir tremble/ 

VINI 

En face de tigre et dragon /

 En gage de pire et de pardon /

 Engage le combat garçon / 

Gardons de bonne façon / 

Regardons l’horizon / 

Pour le K. R. A .N. Tiem une oraison / 

Notre époque notre saison/

 Notre hip hop notre raison / 

Pour eux nous bataillons / 

rahmane ,skam ,khu le bataillon / 

Abat les arrogants / 

SKAMORA 


Arrêter de diaboliser / 

S’incruster sans aviser / 

S’informer avant de proférer des propos a nous tétaniser / 

Conscient moralité rap voila ce qui a été réalisé/ 


Destin inévitable, capable des nous rendre utile /

 Mieux sociable pur serviable toujours admirable / 

Un cœur sans rancoeur s’élever pour dire la vérité / 

Sans entacher la dignité /

c’est ça mon clan ma clic TQ un majorant / 

On lutte pour nos descendants / 

On lutte pour nos descendants (12 fois)/ .

 dans Non classé

 

                                                             
 k-rantiem « du berceau au tombeau » – Tous droits
reservés

 

 

DAME
D’EBENE

RAHMANE 

Marque par le désespoir on baisse le regard, 

regard affaibli par des longs siècle de servitude 

de Toby a François se sont les mêmes cris les mêmes pleurs 

pour eux c’est nous l’erreur du monde 

Pour eux c’est nous on fait la ronde pour une poignet de sang 

tous les hommes sont frère comme le prônais Ghandy 

ce humble nanti supporter ce qu’on vit 

c’est être muet bien qu’on peut gueuler 

nos entrailles dévastées par les coups de fouet 

étrange lyrics que je transcris la gorge nouées 

et le cœur dans l’espérance chante, chante griot de l’empire mandingue

 VINI 

Quand ils étaient au gouvernail nous étions 

dans les entrailles du négrier quand ils jetaient l’encre 

les chaînes de nos membres ils ôtaient nous étions 

exposes ils vantaient nos qualités 

D’esclaves bien dresses obéissants 

bien dresser a coup de fouet les désobéissants 

sur un poteau et cela pour la couleur d’une peau couleur 

qui enterre des douleurs pour nous 

rejet inégalité pour eux degrés de fatalité a leur yeux 

pourquoi cette marge mon Dieu

 le peuple noir gardera en mémoire ces chaînes d’hier 

SKAMORA 

Pourchasser comme un sal mouton 

a travers les champs de coton

 ligote a la chaîne envoyer vers d’autres horizons 

il laissait derrière lui père et mère frère et sœur

 pour un monde austère essuyant la poussière 

qui mortifère son destin contrôler par grand maître Babylone 

Les murs de Gore chantent encore toutes vos souffrances 

mais aujourd’hui s’est sous une autre forme que renaît cette
violence 

ne parlons plus d’indépendance mais de liberté sur autre
surveillance 

dame ‘d’ébène rien ne pourra étancher les larmes de ta géhenne 

disséminées encore sur les plaines 

KANTORY 

Endimanche dans de la chaîne rouillée 

navire infecte comme de sales bêtes

 tout ça parce Qu’ils étaient noirs 

nos gosses leurs gosses nos school leurs school 

tout ça parce qu’il étaient noirs 

demeurant a changer de peau comme le troupeau d’hyène blanche 

tout ça parce qu’il étaient noirs……

 Kurkuss clan n’est pas mon clan

 Babylone non plus n’est mon camp 

dame d’ébène c’est mon sang 

ma couleur de peau pour eux châtiment 

combien de temps cela a-t-il dure 

ces blancs fascistes qui nous ont massacre tué racistes 

dans les champ de coton on ne peut oublier comme l’état nazi 

ces noms Kunta Malcolm Mandela on ne peut que souligner de façon massive

 dame d’ébène la reine mère ton histoire révélé dans la peine
mère 

ton fils s’en souviendra que ton crime c’est d’avoir été black .

 

                                                           
  k-rantiem « du berceau au tombeau » – Tous droits
reservés

 

 

VIVRE
100 LENDEMAIN


KANTORY 

Réalise frère Aujourd’hui les pronostiques faussent 

faut que t’agisse qu’on agisse que j’agisse mon age me pousse a
réagir 

pour les conscient fini les jeux on est tous grands donc l’enjeu 

se relève plus que poignant Chez nos parents les cheveux ont
blanchi 

chez nous la barbe et la moustache nous on mûrit petit a petit 

la vie sous des taches nous responsabilise depuis tout petit 


dans nos familles c’est la crise vivre sans lendemain voila le crime 

notre hymne l’incertitude qui rime a la lassitude 

on vit avec l’espoir a croire qu’on a tout perdu cette fois, pour qui on
l’endure

c’est l’épreuve qu’il faut a tous prix réussir la preuve sur terre si
on y est réussir 

papi et mamie n’ont pus nous donner grand choses 

cote cœur je crois que c’est la plus grande chose 

de l’amour certain en manque des momes dans le tourbillon de l’enfance

 l’age de la fleur au gosses et aux gamines fout les boulons 

nos ambitions nous incite nos rêves périsses quand la flamme frappe au
destin 

sur terre on marche entre espoir et désespoir entre Christ et
Satan 

j’endosse le pari car papi et mamie m’attendent 

 


REFRAIN
 

J’endosse le pari donner un sens a ma vie 

papi mamie m’attendent hein mes amis aussi 

entre temps qu’est ce qu’on fout 

les cartes sont lancées les jours sont faux 

comme dans un compte de fée 

 

RAHMANE 

Dans la pénombre je pris Allah j’ai plus fois en la vie ma vie
présentement 

se construit comme un château de sable réduit au néant fuyant 

je suis comme un goujat devant une impasse vivre sans lendemain 

autour de ces gens qui sont loin d’être de bon samaritain 

au font de se couloir obscur j’écarquille les yeux pour mieux
comprendre ma vie 

mais impossible j’ai tellement de regrets comment donner un sens a ma
vie 

avec cette musique qu’on blâme levant les mains vers le ciel prière
muette 

a chaque moment puis l’épervier guette les poussins puis je me
sent 

piège dans les griffes de Lucifer perdu dans se désert appelé
terre 

je marche sur le sentier de la tragédie a peine le jour perfidie de
l’entourage 

stylo en main je gribouille avec Allah qui est mon seul bouclier

 Abdoulaye ton fils tien encore le barbelé Ibadallah 

 

REFRAIN

 

SKAMORA 

Toi le fils de pauvre qui n’a encore guerre fleurit sa rose 

toi pour qui toujours sa sonne morose 

loin des quartiers chauds huppés près du ghetto las 

ou on joue a sauve qui peut Esquiver les coma  » thunier « qui
ronge

 jusqu’au os broient les moyens vitaux délits illégaux 

dans les caniveaux des vies en lambeau désert de honte (hein) 

dehors les momes abondent ( hein )autour de la table a dîner
ronde 

d’ou je suis-je me doit de sortir de se trou ci 

car
en face a moi père, mère frère et sœur galère puante dans nos
artères 

qui
sévit dur solide comme du fer de ce cote si de la ville 

seul
les rêves ont grandi ou on a des larmes en liesses pas le moindre sourire 

voila
15 lignes d’une vie sur beat tout les moins que rien vaurien du coin 

connaissent
cette hymne ,le crime faute de place pour qu’on exprime 

la
rage et le mal on trouve la force dans les mots .les rimes

 REFRAIN
.

 

                                                          
  k-rantiem « du berceau au tombeau » – Tous droits
reservés

 

 

CHAPITRE
NOIR

RAHMANE 

2 ans sur terre frappe par la frénésie des parents/ 

l’enfant sur combat quand j’y pense mon cœur se serre/

 Ibrahim mon chapitre noir/ 

tant mon histoire fouette ma mémoire/ 

quand j’y pense ma vie s’étale comme un grimoire/ 


je revois encore ces souvenirs indélébiles et ton doux visage /

tes yeux d’enfant adolescent loin des parents/

 deuxième fervent guerrier du cercle Bamba /

là ou le gazouillis des oiseaux synonyme de liesse/ 

m’inspire un tintamarre de merde /

plus je danse ,plus je rime/ 

puis mon âme toute entière est broyée par le poids de ma souffrance /

ce coup dur ce fardeau trop lourd /

a bouscule ton destin je te revois encore sur le lit d’hôpital fébrile
/

comme un oisillon T’aurai pas due me livrer a cette vie
d’incompréhension /

ma silhouette blessée jusqu’à son tréfonds/ 

baigne dans un océan de larme /

et moi je reste là scotche sur ma plume en espérant 

 

REFRAIN (Vini) 

Relate des histoires marquantes qui restent gravées qu’on exprime 

Nos douleurs nos chagrins nos joies nos cris/

Nos larmes qui remplacent quotidiennement nos sourires/

k-rantiem chapitre noir qu’on décrit /

 

KANTORY

 C’est la flamme tapi au font de moi qui quotidiennement me font en
larme ceci 

durant toute ma vie me restera grave je n’oublierai pas de si tôt 

ce qu’a fait maman pour me sortir de se trou-ci .

mon dieu le sourire ne m’habite pas quand je passe dans se coin ci 

je souris pas J’ai toujours en mémoire l’image de ma mère en scène

 toujours en mémoire son visage dans la peine plaidant, suppliant
Presque pleurant

 pour ne pas que je crève instant moment qui me grave me marque

 Puisque chaque fois que je la regarde j’ai toujours cette dette qui
me brave 

que Dieu te bénisse madré pour m’avoir sauvegarde 

REFRAIN

SKAMORA 

Sous le soleil écrasant du midi le petit papou revenait du school sac a
dos 

Pousse dans mes réflexions une seul idée me traverse l’esprit vite
rentrer pour la bouffe 


les élèves heureux de retour cher eux déferlaient de tout part 

cette troisième partie du chapitre noir commence là a peine 20
secondes de marche

 j’aperçois une foule devant chez moi. Alors quoi, 

c’est la fin du mois pas besoin de gamberger pour le savoir 

mon père n’a pas paye le loyer donc tout le monde dehors

 tout l’envers du décor d’abord j’arrive prés de ma mère triste
pas de sourire abattue 


larme aux yeux faisant semblant que tout va pour le mieux 

Les gens du TIER-K nous regarde soucieux 

rien a foutre moi j’ai le ventre creux 

Et puis la situation de la famille c’est sérieux y’a peu de
solution 

donc mère nous loge chez le voisin en attendant que père lui revienne
le soir

 mère et enfants venaient de se faire virer de chez eux .

petite sœur même pas un an vie cette galère 

refrain

VINI 

Des vies qui s’éteignent si vite /

si proche de nous si triste/ tous pense que tout se compensent/ 

Mettre un trait a ce qu’on pense/ des coups du cœur qui éveillent le
bon sens/ .

 

                                                      
  k-rantiem « du berceau au tombeau » – Tous droits
réservés

 

 

DU
BERCEAU AU TOMBEAU

VINI 

Berceau commencement ou tout s’enracine

 tombeau dénouement ou tout se déracine

 beauté mirage de vie fascine mon sourire d’enfant 

n’a plus le même éclat franc voir courir l’enfant

du berceau regard perçant les mystères de la vie 

puis là-bas marchant les jours s’égraine avance Le temps 

aujourd’hui 7 ans demain 17 ans 

la grandeur d’esprit s’étend c’était pas la même réalité y’a de
cela 7 ans

le k-rantiem dans son élan prit le cran maintenant a la quête de l’
écran 

eh l’histoire ne fait que commencer 

donc toujours au boulot comment c’est bien lié 

par la convergence de nos mots on soulève nos idéaux 

comme des vaillants guerriers partant les pieds devant et les idées
hautes 

naissent et se développent des nations 

naissent et meurent des notions 

tel une rose qui se fane emporte avec elle 

haine amour désire profane un jour ou l’autre 

la mort nous voudra auprès d’elle seul Dieu est éternel

 RAHMANE 

Mais merde pourquoi Adam a-t-il croque la pomme 

pourquoi n’a-t-on pas cru au sauveur du monde

 pourquoi un ex ange a la base des actes immondes

 la cloche sonne quelques chose cloche le socle

 la mort est née dans le jardin d’éden

 l’humanité est tombée dans le piège de la dame d’ébène 

Du berceau au tombeau on berce nos rêves enterre l’espoir qui crève

 marque les prières tombales immortalise l’image de l’enfant a la
balle 


k-rantiem c’est l’album sortit de l’entonnoir entonne son hymne 

pour rentrer dans l’histoire 

SKAMORA 

Trop de haut et de bas maintenant regarde en haut et partons

 fin de tous points de départ au départ un sourire ,soupire 

les première larmes versées avant les premiers pas blessé 

après on oubli .souvenir la douceur d’une âme devenir douleur des
armes 

désarmement de nos espérances la poisse engouffre nos chances 

démunis dans les bas quartiers muni de notre foi de notre rêve

équilibré entre la balance et le glaive lutte de fer acharnée 

a chacun sa parcelle Lucifer harcèle 

du berceau au tombeau un destin un flambeau s’éteint 


KANTORY
 

Venu saint on repart souillé malsain attroupe autour d’une tombe 

les mêmes scènes les mêmes peines nos réalités tous de
travers 

tout a l’envers nos paroles se noie sur que des vers toute une vie
entière

nos peuples sont du tiers nos cœurs ne tiennent que sur des prières 

du berceau au tombeau y a plaisirs charnels y a l’argent et son
charme 

le pouvoir les vices qui nous charmes les déboires ,envie délices qui
nous calme 

sur le plan de justice véritable vacarme des défis au délits voici le
drame enfin

pauvreté éternel maux de société dépravation lamentation 

attention interroge toi garçon nous venant et nous partons .

 

                                                
   k-rantiem « du berceau au tombeau » – Tous
droits reservés

 

 

TRISTE
TEST


SKAMORA

 Désolation, cri lamentation, tristesse, allégresse qui cesse il
n’y a plus de prouesse /

 Le tout mêle pour un quotidien morose on rien n’est rose aucunes
fleur n’éclose / 

Le battement d’un cœur se fait entendre dans une chambre close /

 D’une douce symphonie le sourire se sauve et c’est le noir, y’a
plus d’espoir / 

Délibérément il se laisse aller désespoir / 

Environnement image de pauvreté c’est comme ça y’a pas mal de jour ou
/

 Bon nombre de gars s’écarte de la piste /

comment donner un sens a nos rêves /

pendant que la guigne fait son bout de chemin sans trêve / 

ROZ

 Malgré ces fleurs qui fanent ces épines ces larmes/.

 Demain sera une rivière pleine de rose /

On peine sans cesse / 

VINI 


Tristesse sur un virage /

aussi fréquemment que les vagues atteignent un rivage/

 Avant les regrets y’a ce qu’on envisage /

il envisageait /tirer un maximum de plaisir de la vie sans condom/

parce qu’il avait/ l’appartement le job le fric une belle vie /

en somme un bel avenir Aujourd’hui pleurant a tue tête

 en plein centre du C.H.U DE TREICH Garder haute la tête/ 

cet être apparemment saint a en son sein acquis

 le syndrome immuno déficitaire acquis il le sais /

il sais que le S.I.D.A existe vraiment/

 et qu’il s’en fou bien de la noblesse vraiment /

triste test vraiment

 

REFRAIN

Donner naissance a nos rêves/ 

la gloire renaîtra sur nos lèves /voir un sourire mourir par le manque
d’amour /

c’est vraiment triste C’est un soleil couchant /ou l’amour se fait
mourrant/ 

on espère jusqu’à perdre raison Que l’espoir nous éclaire l’horizon

 

KANTORY 

Sa dernière page s’écrit/ sans un cri s’écrit /

dans le silence elle part s’éclipse /loin de son enfance/ 

Loin du fiston qu’elle n’a pue avoir comme enfant/ faute de
piston/ 

malgré sa foi qui fut en l’espérance garçon/ 

espérer quoi de la vie quand la joie de vivre n’y est plus /

mon sourire s’abîme/ SABINE n’y est plus /ma mère ne tient plus car le
cœur lancine germe/ 

des hectares d’entailles des sensas qui me gène /

mes émotions portent le goût du funérailles/ ces une soupe a base de
larmes/ 

ALICE j’aurai toujours une pensée pieuse pour ton âme / 

RAHMANE 

Et la solitude fait vide autour de lui /verse pleur angoisse amertume /

jeune diplôme sans thune héritier du royaume de l’infortune /

taillé comme a coup de hache /par les durs/ 


travaux les longues marches/ sur sa tête peu de cheveux visage anguleux /

face inondée par des larmes de sang /l’acide du mal a fini par toucher
le métal du cœur /

les larmes fleurissent et arrosent nos peines /

les douleurs transpercent les profondeurs obscures de la chaire /

moment intense cœur meurtri langue flapie /regarde l’espoir se camoufle
dans le noir/

 pour assurer la relève du désespoir / goût amer forge un
caractère austère/ 

que faire devant Un tel carcan hardiesse envolée/ 

lentement il cesse de vivre lentement ,lentement ,lentement .

 

                                                 
 k-rantiem « du berceau au tombeau » – Tous droits
reservés

 

 

INVASION


RAHMANE

Qui étés vous d’où venez vous retournez vous l’horizon est flou 


on largue l’insolence hé mec nos missiles viennent de notre merde
quotidienne 


chiens et chiennes tous nous donne l’envie de gueuler 

5 molosses devant une bar belle invasion k-rantiem rime massive gifle
sonore 

massacre avec la bouche c’est ça le but suprême sur nous jugement
téméraire

véritable missionnaire du rap au caractère amer doudou minou retient
ton souffle pour nous 

transpire t’en vas pas à pas de loup funky maestro fait nous tourner le
son 

c’est le k-rantiem tu connais la formule on active la révolte

lamantin baveux l’épée a double tranchant t’estropie 

relaxe approche ta pas affaire a un vampire 

nous on frappe fort jusqu’à l’infini

 

REFRAIN

Invasion k-rantiem trou du cul 

poster au stop foule de mic assez de flop 

on s’en tien a rien Trop de jours durant les restes 


tout compte fait soi distant sinon mon son agresse 

 

KANTORY 

Magie, magie imagine une soupe sans la  » cube magie « 

k-rantiem cherche la stratégie kanto de garde accorde les melos

pour que tu la vive la tragédie je dis qu’il faut arrêter de
rêvasser 

ceux a quoi vous pensez c’est rêvasser focalise mon vocal tropicalise
mon verbiage 

véritable Assassinat intonas ce qui entonnera ton couche mare 

neiga look fallait te renseigner s’aurai évite a te faire moins saigner
plouc 

MC verbal d’acier artificier officier ta mort invasion k-rantiem 

Con t’a eu tord descend de ton nuage la nuit sera point longue a penser
a l’incursion invasion 


VINI

Même la viet-con a renoncer voir nos texte s’annoncer 

incantation prononce abracadabra l’énonce on rentre l’intonation
torpille

 l’intention fortifie on sort l’artillerie déclenche 

le système de défense défendre nos propos mis en cendre 

descendre le rap qui pense seulement qu’au fric seulement

les pleures des enfants qui peuvent nous rendre tendre 

on tend la main a ceux qui jette le mic t’entend streetfither on
t’attend 

souffle destructeur on a pas le temps l’intrus on le fait plaisant 

y’a qu’ainsi qu’on fait des chose poignante invasion k-rantiem tu sort
perdant

SKAMORA 

Lyrics sal bouche puante marche en avant

amorce les free styles pour la victoire finale 

il faut qu’on y aille votre mort s’effectuera lentement 

au cour de laquelle on entendra cri et découragement 

se sera la sentence vous relâchez vos mics 

on les prend on avance petit si t’a compris ici 

seul les plus forts s’en sortent la maîtrise de technique de toutes
sortes

 font la différence dans notre hip hop a mes gars big-up 

ceux qui veillent pour la forme non stop 

agressivité promptitude efficacité toujours présent invasion
k-rantiem 

mes soldats sans un mot d’ordre se lance a la défense du clan .

 

                                                         
    k-rantiem « du berceau au tombeau » -
Tous droits reservés

 

 

PROMESSE


RAHMANE

 Écoute pour toi ces bouquet de mot

sortir des douces rose de mon cœur

quand tu es la je ne suis plus maître de moi

 le battement de mon cœur naturel

comme les larmes des yeux témoigne de tout

il a fallu une journée pour te connaître et aujourd’hui

 il faut une éternité pour t’oublier tu es la princesse de mon cœur

 l’oxygène de mes rêves je te couvre de cadeau

 devient doux comme un agneau

mi amoré étouffe ma peine dis moi des je t’aime

j’aimerai tant que tu t’assagisse

j’aimerai tant que tu me fasse cette bise

qui fera de moi un dandy maudite soi mes rimes

si je tes mentis c’est ton prince Izadoras qui rame pour toi

 

REFRAIN (khadelik)

 Baby Je te promets ce soir /

 Une nuit sans histoire

 Laisse moi choir dans tes bras

 Je veux vivre avec toi Baby

 

KANTORY

Je rêve de te voir dans un deus pièces maillot de bain

rien que nous deux dans une salle de bain

ces beaux nichons qui me font craquer

caresser ce beau corps sur lequel mes yeux se sont braqués

ESMÉRALDA j’ai vraiment faim de toi te presser contre moi

 ton corps c’est mon abreuvoir vient baby

rien que se soir qu’est ce que t’en dis nous deux a la belle étoile

SKAMORA

Tu es celle qui arrose mon jardin secret

celle qui dans le cœur c’est pose

 l’amour c’est déposé sur mon lit la ou je repose

je pense a toi sans cesse accepte ses promesses

baby tu es ma vie mon âme ma sœur femme ne me laisse pas seul

 REFRAIN

VINI

Pour elles toutes et pour elle ,elle belle elle l’est /

style elle l’a /charme il y a/

quand je clame dette promesse mes sentiments m’acclament

te ressentir je réclame te voir se soir j’ai promis best

hormis ce qu’on dit de toi mef sans toi on ne peut vivre

et Même ivre moi j’aime vibrer j’aimerai te découvrir

recouvrir ton étoile aimerai découvrir tes endroits

les plus sensible ,les plus intimes puis être victime de

 ton amour voir 2 corps se recouvrir chérie puis 2corps se mouvoir

sourire émouvant murmurant sous les draps

 sûrement que se soir éternité sera

 sans trêve et que se rêve réalité sera

pour toutes les mademoiselles se sera beauté se sera

promesse .

 

                                                         
  k-rantiem « du berceau au tombeau » – Tous droits
reservés

 

 

DEFILE
NOCTURNE

 


VINI

 Comme chaque soir pour apaiser mes émois

sortir me promener faire les trottoirs puis rentrer trop tard

sous une nuit étoilée toujours les mêmes voitures qui défilaient

toujours de belles filles qui passaient bien fringuées et me regardaient

des visages bizarres que je regardais des scènes de bagarres

que dans ma tête j’ai du garder des fillettes épousant débauche

voir ces silhouettes sortir de sombre ruelle

elles semblent savoir ce qu’elles veulent

a les voir c’est plus l’ébauche d’enfants sans père avortements

et les MST qui s’étendent accepter ici et là les avances

pour ci et ça qu’on avance mes sœurs pour la quête de thune se
prostituent

c’est leur honneur qu’elles tuent aussi une survie qu’elles assurent

dans ce défile nocturne si t’a pas sus t’éloigner de l’absurde

tu finira sous les coup de massues du vécu

 

REFRAIN
(rahmane)

Dans le silence de la nuit, Le mal se dessine

 Étale la face primitive de l’homme avide d’opulence

Cherche pas a comprendre

dans se défile nocturne seul shetan s’émeut

 

KANTORY

Défile nocturne se faufiler sous la pleine lune

là ou il y a angoisse joie amertume

là ou il y a sexe,vol,viol sous la pleine lune

là ou il y a gosses gars livrés en pleine nuit

 livre a tout bout de champ aux givres

ivre de cocaïne délire sous l’effet de la cocaïne

libre d’agir faisant couler la nuit la rivière rouge

ces femmes ces civils qui bougent

c’est le climat ou la rue fait la loi ou les filles font les trottoirs

ou les flics chassent les proies terminus 40 mon quartier

éclaire par les girons fars

 SKAMORA

 La nuit tous les chats sont gris méfis toi de tout ce qui brillent

défile nocturne trop de gens qui croient vivre libre

trop d’âme qui parte a la dérive un père alcoolique prive ses momes

d’une douce nuit pauvre mère qui subit espère que sur des prières

que ces filles pourrons vaincre se monde de supplices

tremplin bourre de cloches fêlé de la caboche

tout ça me chiffonne plus rien qui fonctionne

on noie ses soucis dans une bonne bière chaude

dans les bistros trop de chenapans s’amusent

REFRAIN
.

 

 

                                                  
 k-rantiem « du
berceau au tombeau » – Tous droits reservés

 

KAN
LA MORT FRAPPE

REFRAIN
Nos
visages marqués par la pitié du deuil /ni changeront rien nos larmes versées
dans le but de vous ramener /vous sauverons pas/ quand la mort frappe nous ne
pouvons rien

RAHMANE
Déception garni le quotidien/ les larmes en abondances restent le seul soutient
/ quand la mort frappe on croit plus en rien /le cœur tremble comme frisonne
une foret au vent /le courage fuit devant la douleur/et la mélancolie submerge
l’environnement /au font de nos yeux des larmes intarissables on languir dans la
tourmente/ la joie emprisonnée se voit bazardée au désarroi/ l’homme s’aperçoit
qu’il est compose d’argile /a l’intérieur duquel loge une création divine/
appelée âme / comment expliquer ces hommes qui apparaissent et disparaissent
comme des vagues images d’un rêve / on a tous la peur du voyage sans retour/ tôt
ou tard un jour on pourra plus dire bonjour/ alors on pleure en pensant a toutes
ces personnes qui ont forgé notre existence déboussolé on pleure en silence
devant des photos muettes /muettes a jamais

REFRAIN
Nos visages
marqués par la pitié du deuil /ni changeront rien nos larmes versées dans le
but de vous ramener /vous sauverons pas/ quand la mort frappe nous ne pouvons
rien

KANTORY
Quand la mort frappe/ tout nous passe par la tête /les joies zappent /les déceptions
prennent placent/ on pousse des cris suivis de douleur ainsi surviennent des
pleures /pour nos disparus on verse/ des océans de larme/ la tristesse au tréfonds
de l’âme on la récent /en période de deuil ce qui dérange le moral /c’est
penser aux absents qu’on ne verra plus /un mental faut qu’on se forge a tenir le
coup /quand on vous verra a jamais partir dans le sol/ la solitude au sein d’un
couple d’une mifa d’un coup tu le marquera mille condoléances /on nous le dira
mais aucune n’effacera ton absence /quand la mort frappe la vie prend un autre
sens celui ou le brave humain devient que cendre /sur on Vient sur terre on
finit comme un rien /quand la peine survient un des miens en moins /quand la
mort frappe fait des veuves des veufs des orphelins neufs /des enfants qui
existerons en pensant a papa ou a maman / a papa ou a maman couches a la droite
de Dieu/ .

 

        k-rantiem
« du berceau au tombeau » – Tous droits reservés